LOUER À LONDRES :

LE BAIL LOCATIF

Louer à londres : 

le bail locatif

Good news : vous vous installez à Londres et avez trouvé votre “Home Sweet Home”. Bad news : vous n’avez aucune confiance dans cet agent immobilier aux dents si blanches et perdez votre flegme français devant la réglementation locale.

Pas de panique ! Simplement Londres vous donne les points essentiels qu’il faut connaître avant de vous engager !

Tout d’abord, ne soyez pas étonné de faire l’objet d’une enquête de solvabilité ou « referencing » après avoir rempli votre demande de location (non, ce n’est pas parce qu’on se méfie des français, c’est la même chose pour tout le monde!).

Cette enquête réalisée par une entreprise spécialisée, permet de garantir au propriétaire que vous avez des moyens suffisants pour louer son bien. Vous devrez donner votre accord par écrit pour que cette enquête soit effectuée et, le plus souvent, elle sera à vos frais. Renseignez vous donc sur son coût, car il varie en fonction du prestataire sélectionné par l’agence. La plupart du temps, l’enquête de solvabilité consiste simplement à vérifier auprès de votre employeur, y compris en dehors de l’Angleterre, le montant de votre rémunération, et auprès de votre propriétaire actuel si vous êtes un bon locataire. Quelques fois, la recherche est plus poussée : faillites, casier judiciaire, expropriation, dettes…

Votre Referencing est positif ? L’agent immobilier va alors vous faire parvenir une copie du bail, appelé  le « Tenancy Agreement ».

Si le droit commun français régule de manière très précise les différentes obligations du locataire et du bailleur (ah, le sacro-saint bail 3-6-9 …), en Angleterre, c’est un peu différent. Le contrat de bail est LE document de référence servant à fixer les droits et obligations de chacune des parties (en sachant qu’il ne doit pas contenir de clause abusive) et il est crucial de bien l’étudier avant la signature pour éviter toute déconvenue ultérieure.

A vous de vérifier qu’il comporte bien :

  • Les noms des parties

  • L’adresse du bien

  • Le prix du loyer et ses modalités de règlement

  • Les modalités de révision du loyer

  • Les charges s’il y en a

  • La date de commencement et de fin du bail (la plupart du temps, les baux sont de un an, avec un minimum de 6 mois dans les lieux et un préavis de 2 mois)

  • Le montant de la caution (en général, 6 semaines de loyer) et où celle-ci sera placée

  • Sous quelles conditions cette caution peut elle être utilisée ou débloquée

  • Les obligations respectives du locataire et du bailleur (par exemple, si vous êtes fumeur ou que vous avez un chien, vérifiez bien que cela ne soit pas un problème)

N’hésitez pas à demander des explications si les termes employés dans le bail ne vous paraissent pas clairs et à négocier les points qui ne vous conviennent pas (longueur du bail, préavis, animaux,…).

Enfin, vérifiez bien qu’un état des lieux (Inventory) d’entrée est prévu et vous pourrez signer votre bail sereinement !